X-One , la balle au centre !

Share :

Choisie une nouvelle fois par les joueurs de l’Equipe de France de Coupe Davis pour être la balle officielle de la finale face à la Croatie, la X-One est au centre des attentions.
Rencontre exclusive.

On vous voit sur beaucoup de terrains, mais on ne vous connait finalement pas assez, Parlez-nous un peu de vous !

Je m’appelle X One, j’ai 13 ans, et j’adore le tennis. Ce sport représente toute ma vie !


13 ans, c’est assez jeune !

Pas tant que ça ! J’ai commencé ma puberté très jeune à vrai dire. J’ai tout de suite été très poilue par exemple.
J’ai aussi ressenti très tôt l’amour du tennis. Dès ma naissance, j’ai attendu de rentrer sur le court de tennis pour pouvoir y faire mes preuves.
Je me souviens même avoir déjà ressenti ces pulsions pour le jeu durant les 2 mois de gestation !

"La pression, j’en ai toujours en moi, et c’est ce qui fait ma force. Sans cela, je vivrai une vie mollassonne dans une niche d’un petit jardin pavillonnaire.
Moi je veux frissonner !"
X-One
Balle de Tennis

Vous arrivez à avoir des souvenirs de cette période de gestation !

Oui, je suis née par voie naturelle, et j’ai toujours des sensations qui tournent en tête, comme un rêve récurrent. 
2 demi sphères de caoutchouc qui s’entrechoquent soudainement. Un bruit sec. L’odeur de la laine et du coton. Une main douce qui se pose sur moi. La pointe du feutre qui s’appose délicatement. Cela reste gravé en moi !


Comment s’est passée votre enfance ? 

J’ai d’abord dû passer une série de tests pour valider mes aptitudes physiques, et ma résistance sur le terrain. Je peux vous dire que j’en ai bavé.
Mon diamètre, mon poids, mon rebond, tout a été mesuré avec une précision chirurgicale. Le moindre gramme de trop et c’est l’espoir qui s’envole.
Ensuite, une longue traversée du désert, enfermée dans une boite sombre sans oxygène durant un temps qui m’a paru infini. Une sorte de cryogénie.  Des sons, réguliers, mais un noir absolu.
Et soudain, ça a été la libération. Un grand « Pschiiiitttt » a retenti, et la lumière est apparue. 


Qu’avez-vous ressenti ?

Une sensation intense de liberté ! Ca y est, enfin, j’étais lancée dans le grand bain, des rêves plein la tête.


Quels rêves par exemple ?

Celui de jouer sur les plus grands courts, au côté des plus grands joueurs ! D’écrire l’Histoire du Tennis !
Et puis, ma grande sœur, La « French Open » de 8 ans mon aînée, faisait - comme son nom l’indique - Roland Garros chaque année. C’est vous dire que j’ai très vite dû supporter les attentes autour de moi et la pression que ça génère.


Comment faites-vous pour supporter cette pression dont vous parlez ?

La pression, j’en ai toujours en moi, et c’est ce qui fait ma force. Sans cela, je vivrai une vie mollassonne dans une niche d’un petit jardin pavillonnaire. Moi je veux frissonner !

"Mes amis disent de moi que je suis très speed, c’est vrai que je mène ma vie à 200 à l’heure. Ce qui ne m’empêche pas de voir loin et à long terme, hein !"

Comment vous définiriez-vous ?

Je suis très naturelle et spontanée, je ne me pose pas trop de questions. 
Mes amis disent de moi que je suis très speed, c’est vrai que je mène ma vie à 200 à l’heure. Ce qui ne m’empêche pas de voir loin et à long terme, hein !
Car je suis aussi très ambitieuse, j’ai toujours envie d’aller voir plus haut !


C’est quoi votre vie au quotidien ?

Vous savez, il y a beaucoup de routine dans ma vie, mais ce n’est pas pour me déplaire. 
On s’entraine, on essaye de se dépasser, et on se repose jusqu’à la prochaine fois.
Le plus difficile, ce sont les tests qu’on me refait passer très régulièrement pour vérifier que je suis bien toujours en forme. Une sorte de contrôle antidopage, mais en très physique !


Les joueurs de l’Equipe de France vous ont choisi à nouveau pour jouer la finale de la Coupe Davis, ils semblent ne plus vouloir vous quitter ! Vous devez être flattée ?

Oui, c’est très valorisant ! J’essaye de donner le meilleur de moi-même sur le court et de soutenir les joueurs le plus longtemps possible. Alors savoir que l’amour que je porte à ce sport est réciproque, c’est forcément plaisant !


Quels sont vos prochains objectifs ?

Pour durer, il faut s’améliorer. J’essaye donc en permanence de devenir meilleure et d’être présente sur le plus de tournois possibles à travers le monde.
J’adore voyager, et pas seulement de raquette en raquette au-dessus d’un filet !

Les 5 questions bonus :

Pourquoi ce nom, X One ?

C’est un héritage de famille ! 
Mes cousines (la raquette X One et le cordage X One, ndlr) portaient ce nom, elles me l’ont légué ?

Votre nourriture favorite ?

La poussière est mon péché mignon. Pas très sexy mais qu’est-ce que c’est bon !

Un joueur fétiche ? 

Je suis assez patriote, j’aime bien tous les joueurs français !

Allez, j'ai peut être un petit faible pour Jérémy Chardy

Une chose que vous détestez ?

Il y en a 2 à vrai dire : la pluie et les mâchoires de chiens.

Une blague que vous avez trop entendu ?

« Ce soir, on sort en boite ? » C’était marrant les 3-4 premières fois, mais c’est un peu lourd à la longue !

Mon album de naissance