T. Lincou : "Je suis à fond dans l’encouragement"

Share :

Thierry Lincou et le squash, c'est une grande histoire d'amour.
L'ancien numéro 1 mondial revient sur son passé de joueur et évoque surtout son avenir d'entraineur. Fait de sueur, de plaisir et surtout de squash.
Interview.

 

Thierry, comment ça va ?

Tout va très bien merci !

Je suis désormais bien installé à Boston. Ce n’est pas La Réunion ou Marseille mais j’apprécie ce nouveau style de vie pour beaucoup de raisons.

 

L’US Open vient de se terminer, tournoi dont tu as atteint toi-même les ½ finales il y a quelques années…

J’ai joué la 1ere édition a Drexel et j’ai adore le montage très “à l’américaine”

J’avais perdu Shabana en demie mais on s’était fait un vraie bonne partie!

C’est toujours sympa de revenir ici, revoir les gars et sentir cette ambiance particulière.

 

Depuis 2013, tu travailles en tant que coach pour l’équipe de squash de l’université du MIT.

Comment s’est passée cette transition joueur Pro / Coach ?

J’apprends tous les jours. Etre un bon joueur c’est une chose mais devenir un bon coach, c’est très diffèrent.

Tu as besoin de développer de nouvelles compétences, même si mon expérience de joueur m’aide dans ce nouveau job.

Je coach effectivement l’équipe du MIT mais en parallèle, je suis de très près quelques joueurs pro, des jeunes et le Team USA

 

Quel genre d’entraîneur es-tu ?

Ma priorité est d’établir un rapport de confiance très fort avec mes joueurs.

Je suis à fond dans l’encouragement, l’idée de rester positif.

On doit travailler dur, repousser ses limites et dépasser les barrières mentales qu’on peut se fixer a tort.

C’est la dessus que le travail devient intéressant.

 

"Dans le squash, il ne faut rien négliger"

Thierry Lincou a des yeux partout

 

Que penses-tu de l’évolution du squash sur les dernières années ? De la nouvelle génération de joueurs ?

En fait, c’est intéressant de voir cette nouvelle génération de joueurs et leur capacité à s’adapter au haut niveau.

En même temps, j’ai toujours beaucoup de respect pour les joueurs au-delà de 30 ans qui continuent à être très compétitifs grâce à leur expérience et à leur science du jeu.

C’est un mélange qui rend les tournois pros passionnants.

Quoiqu’il arrive, il faut du temps pour arriver à maturité dans le squash.

 

Un conseil pour les jeunes joueurs de squash ?

Avant tout, d’aimer le jeu.

Si la passion est là, ça sera naturellement plus facile de s’entrainer plus et mieux.

Il ne faut rien négliger: le fitness, les exercices, les jeux, le mental et la compétition. C’est un ensemble d’ingrédients à bien prendre en compte pour devenir un bon junior.

 

Et aussi trouver un bon partenaire ?

Oui évidemment. Comme Tecnifibre, qui a été et est encore pour moi plus qu’un partenaire. La marque représente une grande partie de ma vie dans le squash.

On bosse ensemble depuis plus de 15 ans… Et on a parcouru un sacre chemin depuis nos débuts!

Tecnifibre, c’est vraiment une belle famille : j’y ai trouvé l’alchimie entre la marque, les produits et surtout les personnes qui font avancer le projet.

Thierry Lincou et Tecnifibre