Les 3 clés pour améliorer son jeu au tennis, par Philippe Dehaes

Share :

Le tennis est un jeu très difficile qui demande bon nombre de qualités : il faut du physique, de la technique avoir un bon sens tactique et bien sûr de grosses qualités mentales.
Voici donc une série d’exercices qui vous permettra de travailler chaque compartiment du jeu et ce de façon spécifique.

1/ LA TACTIQUE OU APPRENDRE A SE CONNAITRE

Pour gagner une grosse quantité de matchs, il vous sera important de d’abord définir le type de joueur que vous désirez être.  Votre profil tennistique sera directement en relation avec votre caractère. Plutôt un défenseur si vous êtes  calme, calculateur, réservé, attentiste  ou un attaquant si vous aimez les risques, si vous êtes créatif, enthousiaste, agressif (dans le bon sens du terme) ou instinctif.

Votre forme physique du moment devra également rentrer en ligne de compte dans l’analyse de votre profil. Si vous êtes un défenseur dans l’âme et que vous adorez faire durer l’échange, faire courir votre adversaire et attendre que celui-ci fasse la faute,  cela risque d’être compliqué avec une surcharge pondérale importante.  N’oubliez pas qu’un match se joue en 2 sets gagnants…

Orienter votre jeu en fonction de ce que vous aimez faire et surtout ce que vous savez faire !! Rien n’est plus important que de mettre en avant vos qualités intrinsèques.  Ne tentez pas des choses que vous ne maîtrisez pas même si cela vous semble la bonne tactique à mettre en place pour battre l’adversaire du jour.  Reproduisez le plus souvent possible les schémas de jeu qui vous semblent faciles et qui vous mettent en confiance. 

Exemple : vous avez une volée douteuse ? Travaillez vos attaques pour que vous ayez la volée la plus simple à jouer si vous montez à la volée.

Exercices pour améliorer votre tactique :

Les joueurs jouent un set au cours duquel ils changent de côté après chaque jeu.  Ils doivent profiter de ces moments de pause pour visualiser ce qu’ils vont s’efforcer de faire dans le jeu suivant.

Le joueur indique à son partenaire d’entraînement le meilleur coup ou schéma de jeu le plus efficace. Après chaque point joué, le score est doublé s’il a réussi à utiliser ce coup ou ce schéma tactique pour remporter l’échange.  Ex : j’indique à mon adversaire qu’après mon premier service, je vais frapper un coup droit sur son revers.

Cette série se joue sans service.  Couper le terrain en deux en traçant une ligne qui part de la moitié du terrain jusqu’à la ligne du carré de service.  Les joueurs jouent le point croisé, coup droit contre coup droit.  Si un des joueurs décide de changer la direction et de jouer le long de la ligne, dans le revers de l’adversaire, il doit obligatoirement jouer une volée après ce changement de direction.

Cet exercice offre plusieurs avantages :

  • Détecter la bonne balle pour attaquer (si je pars de trop loin je risque de me faire passer)
  • Le changement de rythme (je suis obligé de frapper plus fort mon attaque)
  • La patience, apprendre à accepter l’échange du fond (capital sur terre battue)

 

2/ Simplifiez votre technique, prenez conscience de votre corps

Il me faudrait bien des pages pour détailler les spécificités de chaque coup.  Je vous propose donc une approche différente pour  travailler votre technique à l’entraînement.

  • Le relâchement est un facteur essentiel pour trouver un bon rythme.  Vous allez travailler sur votre posture générale et essayer de trouver la position la plus naturelle possible entre chaque frappe.  Cette position d’attention doit vous permettre de réagir rapidement, d’analyser la situation pendant l’échange et de récupérer entre chaque frappe.
  • Mon visage : suis-je capable de jouer sans crisper mon visage à la frappe ? Frapper des balles en gardant les muscles du visage détendus.
  • Mes épaules : commencer chaque préparation par une orientation des épaules (et non pas par un tirer de bras vers l’arrière). 
  • Mes bras : sont-ils relâchés ou tendus ? La tête de raquette est au-dessus des mains et les coudes légèrement fléchis devant vous. Je suis tranquille, j’observe, je suis prêt à réagir.
  • Mes mains : Pour un droitier, ma main droite n’est pas crispée sur le manche.  C’est la main gauche qui soutient presque totalement la raquette entre chaque frappe.
  • Mon jeu de jambes : frapper des balles en vous forçant à ne pas « bouger  derrière » la balle. Sentez l’équilibre.  Un bon jeu de jambes doit permettre de jouer chaque balle dans les meilleures conditions possibles. Chercher une position stable derrière la balle.
  • La respiration : la clé… elle pourrait faire l’objet d’un chapitre complet tellement elle est importante.  C’est le remède miracle pour gérer mon relâchement et gérer mes émotions. Frapper des balles en expirant au moment où vous touchez la balle. 
Tennis Players

 

3/ Le mental, je me fais confiance…toujours !

Le mental c’est bien sûr de ne jamais plier, de refuser la défaite coûte que coûte, de ne jamais lâcher un point, de ne jamais se décourager, de ne jamais renoncer.  Mais il y a également d’autres éléments qui rentrent  en ligne de compte pour définir un bon mental :

  • La gestion de l’événement (je joue une finale d’interclubs, je joue le tournoi du club qui est le plus important de l’année, je joue contre un joueur que je n’ai jamais battu ou un joueur contre qui je ne peux pas perdre)
  • La gestion de mes émotions pendant le match (Suis-je calme et serein ? Comment réagir si je débute mal la rencontre, que dois-je faire dans les moments importants etc…)

Exercices pour améliorer votre « jeu mental » :

  • Les joueurs jouent un match au meilleur des cinq sets et à chaque set, l’un des deux commence en étant mené 4/1 (Apprendre à jouer sous pression)
  • Les joueurs disputent un set au cours duquel ils ont chacun la possibilité de prendre au total quatre points gratuits aux moments qu’ils jugent opportuns (Maîtrise de ses émotions)
  • Les joueurs commencent à 4/4 dans chaque set pour qu’ils apprennent à bien négocier les fins de set (Bien jouer dans les moments importants)

Pour améliorer votre jeu il est indispensable que vous soyez concentré lors de vos entraînements sur la partie spécifique que vous désirez améliorer. Par exemple si à l’échauffement vous vous appliquez à travailler votre technique, ne vous crispez pas si vous ratez des balles. Si vous souhaitez travailler des schémas tactiques en jouant des points, ne faites pas une fixation sur votre technique. Faites-vous confiance et osez tenter des choses.

Pour une heure de tennis, je vous suggère de diviser votre entraînement en trois. Les premières vingt minutes sont consacrées le à l’échauffement et à la partie technique.  La deuxième partie : vous mettez en place des exercices tactiques avec ou sans service sous forme de points.  Et enfin terminez avec quelques  jeux libres pour fixer votre jeu.


#FightSmart

Philippe Dehaes tennis coach Daria Kasatkina

Philippe Dehaes

Après avoir coaché de nombreux joueurs belges comme Xavier Malisse, kristophe Vliegen ou Christophe Rochus, ainsi que l’équipe nationale de Coupe Davis de 2006 à 2008, Philippe Dehaes est aujourd’hui coach de Daria Kasatkina, l’étoile montante du tennis féminin.