Ne choisissez plus entre sports et études !

Share :

Avec National Scouting Report - NSR - les jeunes joueurs n'ont plus à choisir entre le sport et les études : ils peuvent faire les 2 !

Un esprit sain dans un corps sain.

Joueur de tennis professionnel durant 25 ans (6 tournois ATP remportés en simple, 9 en double), Tim Wilkinson est désormais un coach reconnu.  Responsable du recrutement Tennis à la National Scouting Report, son travail consiste aujourd’hui à recruter les jeunes joueurs américains prometteurs pour leur proposer des places dans les Universités américaines.
Entretien.

Comment repères-tu les jeunes joueurs pour la NSR ?

Tim Wilkinson : La NSR établit des critères très clairs sur les sportifs avant de voir si l’on pourra travailler avec eux. Nous évaluons leurs performances sportives, mais aussi académiques. Le caractère du sportif, ainsi que ses objectifs personnels sont également pris en compte. Cette méthodologie poussée nous permet d’être aujourd’hui un acteur reconnu et légitime : 95% de nos athlètes ont reçu des offres de bourses universitaires depuis notre création il y a 37 ans.

Nous travaillons main dans la main avec les coachs des équipes féminines et masculines des 5 divisions universitaires américaines.

Comment maintiens-tu le contact avec ces joueurs durant leurs études universitaires ?

TW  : Nous privilégions la qualité sur la quantité. Nous passons beaucoup de temps à sélectionner chaque joueur. Nous les regardons jouer, planifions des rencontres avec eux et leurs familles, ainsi que leurs coachs. Si nous décidons de travailler ensemble, nous discutons avec eux de leur orientation académique et du choix de l’université, nous ne laissons rien au hasard.
Nous gardons ensuite un lien avec eux grâce aux coachs universitaires que nous connaissons bien : je suis chaque semaine en contact avec plus de 100 coachs qui suivent les joueurs avec qui on travaille !

 

NSR - Explication et fonctionnement

 

Le niveau d’exigence accru des circuits pros a conduit de nombreux jeunes joueurs prometteurs à s’inscrire à l’université, afin de continuer à grandir et progresser tout en étant dans un environnement contrôlé, et dans lequel ils continuent leur cursus scolaire
Tim Wilkinson
Directeur du Tennis - NSR

Quelle est ton analyse de l’évolution du circuit pro dans le futur ?

Le niveau d’exigence physique et mental des circuits pro féminin et masculin a considérablement augmenté. Ce sont des compétences que les joueurs mettent du temps à acquérir, ce qui explique qu’il est aujourd’hui plus difficile pour les jeunes de percer rapidement sur les circuits pros. Seules quelques rares exceptions y parviennent, et difficilement.

Cela a conduit de nombreux jeunes joueurs prometteurs à s’inscrire à l’université, afin de continuer à grandir et progresser tout en étant dans un environnement contrôlé, et dans lequel ils continuent leur cursus scolaire.

Quel est selon toi le niveau universitaire américain aujourd’hui ? Si l’on compare avec le circuit pro par exemple ?

Le niveau varie bien entendu selon les divisions. La Division 1 est au niveau du circuit ITF Futures chez les garçons, et des Women’s Pro chez les filles. Beaucoup de coachs emmènent d’ailleurs leurs équipes à ces événements.

La qualité des équipements dans les universités (courts en indoor et outdoor, salles d’entrainement physique) est quant à elle au moins aussi bonne que sur de nombreux événements professionnels, ou dans de nombreuses fédérations reconnues.

Dans la plupart des pays du monde, il faut faire un choix : c’est le tennis ou les études. Il n’y a qu’aux Etats Unis qu’un jeune athlète peut continuer à se développer aussi bien sur les 2 plans en parallèle
Tim Wilkinson
Directeur du Tennis - NSR

Comment les joueurs étrangers s’en sortent ils en terme académiques ?

Pour moi, le système universitaire américain est excellent. C’est une opportunité en or pour des milliers de jeunes de vivre hors de la maison pour la première fois, et d’étudier dans des conditions optimales, avec les meilleurs professeurs et un programme sportif et académique poussé.

Dans le reste du monde, la plupart du temps, il faut faire un choix : c’est le sport ou les études. Il n’y a qu’aux Etats-Unis qu’un jeune athlète peut continuer à se développer aussi bien sur ces 2 plans en parallèle. Et je peux vous assurer que les bons sportifs, et les tennismen en particulier, ne sont pas du tout les plus mauvais en cours !

Quel est le programme « sport » d’un jeune athlète durant ses années universitaires ?

La reprise des cours se fait généralement début septembre. Les coachs mettent alors en place un programme de travail foncier et de reprise des fondamentaux, avec 2 entrainements d’équipes par jour, plus les courts particuliers. Les coachs en profitent également pour organiser des matchs entre les équipes, souvent le week end. Les matchs de saison régulière commencent ensuite début janvier, après les vacances de Noël. A partir de là, c’est l’effervescence : des matchs de simples et doubles entre universités, avec un gros niveau de jeu, et une foule de supporters présents à chaque match pour soutenir leur équipe !

Comment un jeune joueur peut-il intégrer ce cursus ?

Il peut me contacter ! Que vous soyez un joueur, parent ou coach, je suis disponible pour échanger sur les objectifs académiques et sportifs des jeunes, et les aider à les atteindre.

Mail : twilkison@nsr-inc.com

Tim Wilkinson - Director of Tennis - NSR