Pourquoi il faut accepter de rater à l'entrainement

Share :

L'erreur est souvent synonyme de frustration pour tous les joueurs. Alors que du bon côté, elle peut être une source incroyable de progrès. Explications :

entrainement tennis


De quoi parle-t-on ?

L’entrainement est l’action permettant de préparer, de perfectionner et de maintenir en condition de performance un joueur. Celui-ci est en perpétuel apprentissage afin d’améliorer, dans le temps, ces compétences mentales et physiques et donc sa performance. Les notions d’apprentissage et de temps induisent la variété des situations et le nombre de répétitions.

La qualité est ce qui fait que le contenu et/ou la réalisation de l’entrainement permettent d’améliorer ses compétences dans les domaines cités précédemment. Le joueur est l’acteur unique et principal de son propre entrainement, la bonne ou la mauvaise qualité (acquisitions ou non) de celui-ci dépend de l’intensité et du contenu de son engagement.


La discipline : la boussole du joueur

La discipline à l’entrainement se définit par la capacité du joueur à contrôler, en les segmentant, les différents paramètres mis en jeu dans sa pratique, à savoir :

  • Les différentes parties ou segments de son corps déterminent sa maitrise technique
  • Les émotions légitimes qui submergent le joueur au fur et à mesure de la séance d’entraînement

Les émotions sont, par définition, incontrôlables. Elles sont par contre reconnaissables ou identifiables. Et une fois reconnues et maitrisées, elles déterminent la qualité de concentration et d’état d’esprit dont dépendent la qualité et la constance de l’engagement d'un joueur.

Sachant que les actes (comportement du joueur)  sont contrôlables alors que les sentiments vous submergent (émotions internes du joueur), le travail essentiel permettant l’amélioration de la qualité de l’entrainement consiste à reconnaitre ses émotions pour pouvoir ensuite les contrôler et ainsi garder la maitrise de son comportement.  

Les émotions sont donc riches en apprentissage sur la maitrise du comportement et la capacité à progresser. 


L’erreur : ma nouvelle meilleure amie !

Au tennis, on parle de fautes. Or la faute est intentionnelle et donc sanctionable alors que l’erreur est involontaire et donc pardonnable. Ne connaissant aucun joueur sain d’esprit commettant volontairement des fautes, nous partirons du principe qu’il faut systématiquement se pardonner ses erreurs et donc faire preuve de bienveillance envers soi-même.
 

entrainement tennis


Apprendre une nouvelle technique consiste à commettre des erreurs. 

Nos erreurs sont nos meilleures sources d'amélioration à condition d'observer, d’analyser et de corriger en permanence nos propositions de solutions. 
Les jugements de valeurs du joueur (ou commentaires) n'ont pas leurs places dans l’entrainement comme le fameux : "je suis nul !" et doivent être remplacés par l’analyse de l’erreur.

Il faut tenir compte de sa propre affectivité  et s’autoriser à éprouver des sentiments négatifs  (colère, peur, angoisse, timidité, inquiétude, peine etc...) pour mieux pouvoir exprimer des sentiments positifs et ainsi renforcer son équilibre et son état d’esprit à venir. 
En reconnaissant ses sentiments on évite le passage à l'acte (pleurnichage, jet de raquette…) et on garde la maitrise de son comportement et donc de son efficacité.

Il faut être en condition d'apprendre : fatigue et stimulation externe (une mouche qui vole, le soleil, le vent , la copine sur le bord du court discutant avec un joueur blond aux yeux bleus d’1m95 proche de la statue grecque…) détournent de la motivation en vue d'apprendre et se perfectionner. 
Avoir des objectifs simples, uniques (1 par séances) et atteignables : ne pas chercher à frapper la balle comme Nadal sous peine de vivre une constante situation d’échec sans compter les tendinites et autres déchirures à venir.

Les clés pour donner de la qualité à son entrainement :

  • S’encourager positivement pour éviter le rejet du tennis ou de l’entrainement : sous peine de vouloir arrêter de jouer après chaque frappe.
  • S’encourager sur le bien réalisé et être indifférent aux erreurs : souligner le bon, relever, sans commenter, l’erreur et l’analyser. 
  • S’encourager des progrès vers le but à atteindre (le chemin) et pas seulement le but une fois atteint. 
  • Choisir des situations d’entrainements simples et progressives pour avoisiner les 100% de réussite au démarrage de l'activité


Alors quand vous irez vous entraîner la prochaine fois. Pensez à une chose : considérer l'erreur comme un échec n'entrainera que frustration. L'analyser vous permettra de progresser.

Rédacteur

Patrick OTTAWAY

Patrick Ottaway : entraineur fédéral Brevet d'Etat à la ligue des Yvelines